Site officiel de la mairie de Melle en Deux-Sèvres

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris

La ville de Melle a conservé de son passé de florissante cité médiévale un patrimoine exceptionnel parmi lesquelles ses mines argentifères, ses fortifications d'agglomération ou encore ses trois magnifiques églises romanes et de nombreux monuments qui valent le détour à Melle.

Melle au fil des rues

Pour mieux apprécier le patrimoine de la ville, un itinéraire spécialement conçu vous invite à contempler, de jour comme de nuit, plus de 1 000 ans d’histoire. De l’art médiéval au style Art déco, c’est toute une palette architecturale qui s’offre à vous. Ainsi découvrez "Melle au fil des rues" et les quelques vingt-six panneaux qui ponctuent votre itinéraire piétonnier. Départ de la place Bujault, suivez la flèche ... un circuit principal d’1h15 à découvrir en famille.

L’hôtel de Menoc, édifice composite aux tours d’escaliers de style gothique flamboyant

Cet édifice est composé de deux tours d’escaliers datant de la 2ème moitié du XVe siècle, de style gothique flamboyant, et d’un corps de bâtiment du XIXe siècle. Sur la tour sud, on trouve le blason de la famille de Cousdun, seigneur des Ousches en Melle, et pour laquelle a été construit cet hôtel particulier. Il a abrité, de 1582 à 1646, le premier temple protestant. Dans le prolongement, à l’angle de la Grand’Rue, existait une chapelle dédiée à Sainte-Radégonde. Le bâtiment actuel a accueilli le Tribunal d’Instance, et la salle des Pas Perdus au rez-de-chaussée est un lieu d’expositions. La superposition du cadastre de 1832 avec l’actuel permet de voir l’enchevêtrement des bâtiments avant la création du Square du Palais sous le Second Empire.

Le kiosque à musique Art déco

Edifié en 1930 à la demande de la Société de musique locale, le kiosque à musique emprunte son ornementation à l’Art déco. Le toit, constitué d’un dôme octogonal surmonté d’une lyre, est supporté par des colonnes en fonte, aux chapiteaux ornés de motifs géométriques. Ce kiosque est encore utilisé pour des fêtes et concerts. L’Art déco est un mélange de purisme géométrique et d’arrangement décoratif. C’est le triomphe de la ligne droite, du rectangle et de l’octogone. Halles et kiosque de Melle font partie des rares constructions métalliques de ce type subsistant dans les Deux-Sèvres.

Les halles de construction métallique

Ces halles de style Baltard, restaurées en 1993, ont été construites en 1903 pour remplacer l’ancien bâtiment en bois et pierres.  On fit alors appel à la grande innovation technique du moment : la construction métallique. L’édifice est soutenu par des poteaux de fer entre lesquels s’insèrent à la base, un remplissage de briques et au dessus des verrières. Au centre de chaque élévation s’ouvre une porte monumentale en pierre, sommée d’un fronton sculpté. Le toit d’ardoise est coiffé d’un lanterneau permettant l’aération du bâtiment.
A l’intérieur, des poteaux de fonte supportent la partie centrale surélevée de la toiture.  La fonte, matériau plus solide que le calcaire remplace la pierre. C’est une transposition de l’ossature gothique des constructions. Il ne reste que cinq halles métalliques dans le département.

L’hôpital, ancien couvent des Capucins

Avant d’être transformés au début du XIXe, les bâtiments étaient occupés depuis 1646 par des moines capucins, venus prêcher la contre-réforme. Louis XIV de passage à Melle, augmenta les privilèges des moines. Selon le plan de 1791, le couvent se composait d’un cloître, autour duquel se regroupaient une chapelle, un réfectoire, une grande salle, des chambres et une grange. Ces bâtiments furent complètement transformés par l’installation des bureaux de la sous-préfecture jusqu’en 1820 et du tribunal jusqu’en 1846. Au sud-est, une aile a été édifiée vers 1860 pour la Mairie qui y resta jusqu’en 1930. Ces bâtiments ont accueilli jusqu'en 2008 l'hôpital rural de Melle. Ils accueillent les associations à but caritatif oeuvrant à Melle et sur le Pays mellois. Ils deviendront prochainement un pôle administratif.

Le temple et les cimetières protestants, signes de la forte influence de la Réforme

Les protestants n’étaient pas autorisés à enterrer leurs morts dans les cimetières paroissiaux, considérés comme terre sainte et réservés aux catholiques. Ils prirent l’habitude dans la région de Melle, Lezay, Celles-sur-Belle et Saint-Maixent-l'Ecole, d’enterrer leurs morts dans leur propriété. Il faut attendre la législation révolutionnaire pour que leur soit accordé un cimetière. Avec la loi du 23 Prairial an 12 (23 Mai 1804), une annexe au cimetière Saint-Pierre a été créée.

L’actuel Hôtel de ville, ancienne sous-préfecture

L’actuel Hôtel de ville de Melle est une ancienne maison de notables  édifiée par un médecin, Léo Barbier en 1845, transformée en sous-préfecture, puis en mairie en 1930. Presque toutes les demeures de ce type sont basées sur le même plan : maison double en profondeur, comptant  4 à 5 travées, à l’ordonnance symétrique et généralement entourée d’un parc.

 

Grâce à la médiathèque municipale, vous pouvez consulter l'importante collection de cartes postales anciennes numérisées, en ligne.